La "belle entente" après la déstabilisation concertée et la déstabilisation mutuelle ? En tout cas, les officiels libériens annoncent qu'Abidjan les a aidés à circonscrire une tentative de coup d'Etat perpétrée par d'anciens fidèles de Samuel Doe. Quelles seront les conséquences pour la CEDEAO ?

http://news.abidjan.net/h/258029.html

La CNUCED estime que le décollage des pays pauvres est rendu difficile par la faiblesse technologique. Le Monde évoque le rapport de l'institution, Calixte Tayoro en fait un commentaire pertinent sur son blog bilingue :

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3220,36-937478@51-933397,0.html

http://www.coupercoller.wordpress.com

Alors que l'ambassadeur de France à Abidjan disait en fin de semaine dernière que son président de patron irait, dans le cadre de sa tournée africaine, au Sénégal, au Ghana, en Afrique du Sud et au Congo-Brazzaville, on apprend que Sarko commence son "trip" en Libye, et le poursuivra au Sénégal et au Gabon. Les mallettes du Guide et du "rigolo" sont-elles plus convaincantes que les chemises à fleurs de Madiba et les pagnes kita de l'Oncle John (Kufuor) ? Faut pas fâcher, nous s'amuser... En tout cas, la "rupture" sarkozienne en matière de politique africaine ressemble de plus en plus à une farce grotesque.