Pour le savoir, lisons cet article de Rue 89, qui met en garde contre les dérives (être circoncis ne dispense pas de se préserver comme tout le monde) mais qui nous en apprend plus. Plus intéressant, il semble que la prise d'antirétroviraux après un rapport à risque (du genre viol ou accident de préservatif) diminue également les risques de contamination. Si c'est vrai, je me demande pourquoi on en parle si peu en Afrique, où les rapports non consentants existent, et où les femmes ont le droit d'être protégées des conséquences de la frivolité et souvent de la violence des hommes.

http://www.rue89.com/2007/12/01/sida-circoncire-nest-pas-prevenir